Archives pour l'étiquette isf

Poser des questions difficiles: deuxième réponse!

ProfilFB_114

Déjà une deuxième réponse à nos questions difficiles alors que la campagne électorale tire à sa fin… Un grand merci à Marie-Ève Duchesne, candidate pour Québec Solidaire dans Taschereau, pour ses réponses à nos questions difficiles! Sans plus attendre, voici ce qu’elle avait à nous dire:

 quebec solidaire

 

Réponses de candidate à des questions difficiles!

Démocratie, gouvernance et participation citoyenne

Tout d’abord, pour Jean-Michaël, je sors d’un débat qui a eu lieu vendredi au Centre Jacques Cartier et qui portait sur la jeunesse. Je t’invite à regarder le compte-rendu (assez bref) de ce qui en est ressorti.

Ce que je peux te dire, c’est que Québec solidaire met tout un projet de société de l’avant pour les jeunes! S’engager pour les jeunes, selon moi, c’est :

  • Sortir du pétrole d’ici 2030
  • Valoriser la relève artistique et culturelle
  • Faire un projet de pays de justice sociale : gratuité scolaire, revenu minimum garanti, politique de logement, augmentation du salaire minimum
  • Éliminer les clauses orphelins qui empêchent les nouvelles personnes arrivées sur le marché du travail d’avoir les mêmes conditions de travail que les autres
  • Et j’en passe! Tu peux consulter notre site internet pour voir l’ampleur du projet que l’on propose.

Pour Étienne et Simon maintenant, je comprends très bien le cynisme dans lequel se trouve un grand nombre de personnes dans la population, en particulier pour les jeunes. Le système électoral faisant en sorte que le bipartisme est au rendez-vous, on se retrouve à avoir le réflexe de voter « pour le moins pire des deux ». Est-ce normal? Non! Québec solidaire met de l’avant depuis sa création le changement de mode de scrutin pour un mode de scrutin proportionnel mixte qui nous permettrait de voir une certaine représentativité de nos votes. Voici en gros ce que l’on propose :

Pour favoriser une vraie démocratie et la participation à la vie politique, Québec solidaire :

 a. modifiera le mode de scrutin afin de mieux refléter la proportion des votes obtenus par chaque parti :

• 60 % des personnes députées seront élues comme actuellement pour représenter une circonscription;

• les autres 40 % seront répartis entre les régions pour que le nombre total des personnes élues respecte la proportion des votes obtenus par chaque parti dans chaque région et à l’échelle du Québec.

b. créera une Commission de la vie démocratique et de la citoyenneté. Son mandat sera d’étudier des questions comme l’imputabilité des parlementaires, la possibilité de les destituer et la représentation paritaire des femmes et des hommes à l’Assemblée nationale.

Mais avoir du pouvoir sur les décisions qui se prennent et qui affectent notre quotidien ne passe pas simplement par le fait d’aller voter une fois aux 4 ans. C’est pourquoi j’ajouterais que les mesures de démocratie participative sont nécessaires pour s’intéresser à la politique. En voici un exemple :

Le développement des localités, des villes et des régions doit avoir comme premier but d’améliorer les conditions de vie. La prise des décisions à ce sujet revient donc aux gens qui y vivent. 

Dans ce but, Québec solidaire :

a. rendra les instances municipales et régionales plus démocratiques, entre autres par :

• l’élection au suffrage universel des préfets de MRC (municipalités régionales de comté),

• des mécanismes de démocratie directe comme le budget participatif;

b. leur transférera des pouvoirs, des responsabilités et des ressources appartenant jusqu’ici à l’État;

c. les consultera sur tout projet d’exploitation des ressources naturelles qui toucherait leur territoire.

Finalement, pour Joé, c’est une excellente question! Québec solidaire ne comprend pas non plus pourquoi ce passage aux logiciels libres n’a pas été fait déjà! Passer aux logiciels libres fait partie du plan de Québec solidaire pour mettre fin au gaspillage. Tu trouveras toutes les informations au lien suivant : http://www.quebecsolidaire.net/wp-content/uploads/2014/03/14-01095-QS-Brochure-services-publics_Gaspillage_WEB.pdf

Éducation

Ça, c’est une question qu’on aime, Catherine! Je te présente ici notre plan de match sur l’éducation :

Pour assurer à toute la population une éducation accessible et gratuite, Québec solidaire : 

a. éliminera tous les frais facturés pour la fréquentation d’une école publique, d’un collège ou d’une université en vue d’atteindre la pleine gratuité en 5 ans;

b. améliorera les ressources des écoles en milieux défavorisés;

c. développera des activités parascolaires gratuites dans toutes les écoles primaires et secondaires publiques;

d. améliorera le système d’aide financière aux études.

D’autres propositions sont faites sur l’éducation dans notre plate-forme électorale au niveau de la lutte contre les inégalités et le décrochage, le soutien accru à l’école publique, les missions des cégeps et des universités et la qualité de la formation dans les universités. Si ça t’intéresse aussi, je t’invite à consulter notre plate-forme.

Ressources naturelles et environnement 

Bonjour Cynthia! À l’heure où on coupe et on creuse sans vergogne, à l’heure où l’environnement est complètement absent des débats, parlons vert!

Je te présente notre vision du développement des ressources naturelles :

Pour que le Québec redevienne maître de ses ressources, Québec solidaire :

a. nationalisera l’exploitation des ressources stratégiques, dont le domaine de l’énergie;

b. établira un partenariat majoritaire avec l’exploitant des autres ressources;

c. mettra en place un système adéquat de redevances à répartir équitablement entre les régions et l’État;

d. assurera que la deuxième et la troisième transformation s’effectuent au Québec, d’abord dans les régions où les ressources sont extraites;

e. éliminera la suprématie de la Loi sur les mines et accordera aux collectivités concernées un droit de veto sur les permis miniers;

f. imposera une évaluation environnementale et une consultation publique avant d’accorder tout permis d’exploration ou d’exploitation;

g. mettra en oeuvre l’aménagement écosystémique de la forêt pour maintenir la biodiversité;

h. planifiera les coupes forestières pour qu’elles soient compatibles avec les autres usages de la forêt.

Comme Québec solidaire propose de sortir du pétrole d’ici 2030, tu comprendras Sophie, que l’inversion du flux des pipelines n’est pas notre projet. Nos deux députéEs ont même présenté un rapport dissident prouvant qu’il n’était pas dans nos intérêts d’aller vers ce projet.

Pour consulter notre projet complet de sortie du pétrole, tu peux aller voir ceci.

Pour toi Émile, parlons des mines! Je te cite ici un extrait d’une sortie faite dans l’Abitibi sur le sujet :

Québec solidaire veut accélérer la restauration des sites miniers en plus de mettre en place des mesures pour éviter que de tels désastres financiers ne se reproduisent dans le futur. Les Solidaires veulent resserrer les normes environnementales très laxistes en matière d’exploration minière, élargir les pouvoirs du BAPE et surtout relancer rapidement l’embauche au ministère de l’Environnement. Référence : http://www.quebecsolidaire.net/pour-lamour-dun-quebec-vert-lindustrie-minieres-doit-payer-pour-les-pots-quelle-a-casses-amir-khadir/

Il faut éliminer la suprématie de la Loi sur les mines et accorder aux collectivités concernées un droit de veto sur les permis miniers!

Développement international 

Parlons maintenant de l’international! Pour toi Cédrik, des réponses à tes questions sur le rayonnement des entreprises québécoises à l’internationale! En fait, le développement international pour nous se conçoit de la même façon que nous voyons l’économie au sein du pays que sera le Québec un jour. J’aurais envie de te citer l’introduction de notre plate-forme sur ce thème qui dit :

Pour Québec solidaire, la croissance économique n’est pas un but en soi. L’économie doit être solidaire, démocratique et écologique. Elle doit favoriser le bien-être collectif, assurer le respect des droits et préserver une planète viable maintenant et pour les générations à venir.

Pour des relations économiques internationales équitables, solidaires et respectueuses de l’environnement, Québec solidaire :

a. cherchera à remplacer les accords de libre-échange actuels (ex. l’ALÉNA*) par des ententes fondées sur les droits individuels et collectifs, le respect de l’environnement et l’avancement de la démocratie;

*Accord de libre-échange nord-américain

b. s’opposera à la signature de toute nouvelle entente commerciale qui ne remplirait pas ces conditions, dont l’AÉCG* avec l’Union européenne.

*Accord économique et commercial global

Pour toi Catherine, un supplément sur l’agence québécoise de solidarité internationale. Québec solidaire a interpellé le gouvernement fédéral suite à son désengagement et sa façon de distribuer le financement aux organismes de coopération internationale plus que douteuse. Se doter de notre propre agence de solidarité internationale, dans le Québec comme pays, nous permettra de faire converger notre vision de l’économie au Québec et de nous assurer que nos liens avec l’international aillent dans le même sens. Je crois que l’extrait du communiqué que je vais mettre ici te donnera un peu plus de contenu sur notre position. Je crois aussi qu’elle répond à la 2e question de Cédrik!

« Depuis juillet 2010, l’Agence canadienne de développement international (ACDI) a instauré une politique de partenariat avec la société civile qui n’a de partenariat que le nom. Ainsi les “partenariats” entre l’ACDI et les OCI sont désormais considérés à la pièce, sur une base concurrentielle et sans égard à l’historique tracé entre l’Agence et ses partenaires de longue date. La politique de partenariat de l’ACDI est de plus en plus forgée par les impératifs de la politique de défense et commerciale du Canada. L’ACDI délaisse l’engagement du public et le plaidoyer, une composante essentielle du succès de la coopération et de la solidarité internationales. Pour l’AQOCI, il s’agit d’un changement alarmant dans les méthodes d’accorder des subventions, il est évident que cela nuira à l’autonomie et à l’image des organismes ici et à l’étranger. L’AQOCI demande au gouvernement de rebâtir un partenariat réel et équitable avec les organismes de coopération internationale et que cela soit reflété dans le prochain budget fédéral » explique Gervais L’Heureux, directeur de l’AQOCI.

Québec solidaire, pour sa part, propose la mise en place d’une agence de solidarité internationale québécoise fondée sur la solidarité entre les peuples et le respect des droits humains fondamentaux individuels et collectifs.

Référence : http://www.quebecsolidaire.net/itinerance-solidarite-internationale-et-immigration-qs-demande-au-gouvernement-harper-de-cesser-dignorer-les-droits-humains/

Santé et services sociaux 

Je pense sincèrement Émile, que tu trouveras de bonnes idées pour un système de santé public, accessible et efficace dans tout ce que l’on met de l’avant. Allons-y!

Pour améliorer la santé de toutes et tous et pour réduire les inégalités en santé, Québec solidaire garantira des soins de santé et des services sociaux publics, universels, gratuits, de qualité et de proximité, 24 heures sur 24, grâce à :

a. un réseau complet de cliniques multidisciplinaires comprenant les CLSC renforcés;

b. un soutien à domicile élargi;

c. un médecin de famille pour chaque personne;

d. une sage-femme pour les femmes qui le désirent;

e. des mesures concrètes pour mettre fin à la privatisation dans le système (p. ex. cesser le recours aux agences privées pour assurer les services, éliminer les frais accessoires).

Québec solidaire limitera le coût des médicaments et les rendra accessibles à tout le monde grâce à :

a. une assurance-médicaments publique et universelle;

b. Pharma-Québec, un pôle public d’achat et de production de médicaments.

Dans notre document sur le gaspillage, tu trouveras aussi des informations concernant le projet de Pharma-Québec.

Développement économique 

Finalement, pour toi Charlotte, un peu de développement économique. Il est clair que Québec solidaire a une autre vision de l’économie. J’en ai d’ailleurs un peu parlé dans le point sur le développement international. Ceci dit, je suis certaine que les propositions suivantes t’aideront, du moins, à présenter notre vision à ton grand-père! Tout dépendant des nouvelles technologies mises de l’avant par les nouvelles entreprises, notre soutien comme gouvernement sera possible.

 Pour favoriser des activités économiques diversifiées dans toutes les régions, Québec solidaire :

a. augmentera le financement des instances régionales démocratiques vouées au développement social et économique;

b. soutiendra les entreprises locales qui transforment au Québec des ressources et des produits issus de ses régions;

c. soutiendra les instances des Premières Nations vouées au développement économique et social;

d. soutiendra la relève locale;

e. aidera les entreprises socialement et écologiquement responsables, notamment les PME;

f. favorisera l’émergence d’entreprises autogérées et socialisées.

Pour que l’économie favorise le bien-être collectif et le respect des droits, Québec solidaire :

a. encouragera les entreprises qui créent des emplois tant pour les femmes que pour les hommes, et qui respectent l’environnement et les valeurs sociales;

b. éliminera graduellement les productions nocives, désuètes ou inutiles;

c. entre autres, favorisera la conversion de l’industrie militaire.

Poser des questions difficiles: une première réponse!

Nous sommes heureux de vous annoncer que notre première réponse à nos questions difficiles nous vient du candidat d’Option Nationale dans Jean-Talon, Alexandre Lavallée!

Voici ce qu’il avait à nous dire pour les différentes questions:

1) Pourquoi ne-vous engagez-vous pas davabtage envers les jeunes adultes dans vos campagnes électorales? – Jean-Michaël Dubé Rousseau.

Je comprends parfaitement votre souci, mais Option nationale ne compte pas parmi les partis auxquels votre question devrait s’adresser.

Les partis électoralistes ne s’intéressent pas aux jeunes adultes parce que leur taux de vote est faible, contrairement à celui des personnes plus âgées. Or, Option nationale n’a pas une attitude électoraliste. Nous mettons la cause devant le parti. Nous souhaitons démentir les mythes relatifs à l’impossibilité d’un Québec indépendant. Nous souhaitons faire la pédagogie de l’indépendance en montrant sa pertinence sociale et économique. Et pour le faire, nous nous adressons beaucoup aux jeunes adultes, car c’est de « leur » Québec dont il sera question. Sans oublier qu’ils n’ont pas vécu pleinement le référendum de 1995.

2) Qu’est-ce que vous allez faire pour remédier au taux de 50% de désintéressement envers la politique? -Étienne Ferland + Simon Adans

Nous souhaitons abolir la langue de bois en politique, ce que nous faisons déjà. Vous pouvez aller voir la vidéo de Catherine Dorion sur Youtube, qui est très dynamique, ou encore consulter notre plateforme électorale, qui est très claire. Ou encore mon blogue électoral! 😉 www.alexandrelavallee.com. Pas question de formules du genre « Nous sommes pour l’économie! ».  Personnellement, je possède un baccalauréat et une maîtrise en philosophie ainsi qu’un DESS en relations publiques : je suis allergique aux débats vides. Je veux donc les « remplir ».

3) Pourquoi est-ce que l’on ne passe pas aux logiciels libres pour les services gouvernementaux? – Joé Habel

Malheureusement, je ne peux pas me prononcer sur cette question : je préfère être honnête et admettre que nous ne nous sommes pas officiellement positionnés sur cette question, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de mon expertise! :)

4) Quels sont les trois priorités pour l’éducation du Québec pendant les 5 prochaines années? – Catherine Cyr Wright

1) Instaurer progressivement la gratuité scolaire balisée avec la marge de manœuvre que nous disposerions en abolissant le dédoublement des ministères, dans le but d’augmenter la fréquentation des universités et de réduire l’endettement de la jeunesse. 2) Dans les écoles secondaires, instaurer un enseignement sur les institutions démocratiques, économiques et judiciaires du Québec pour une meilleure compréhension de la vie en société, puis instaurer une période quotidienne obligatoire d’activité physique pour développer de saines habitudes de vie. La communauté pourra avoir accès au matériel sportif acheté dans le cadre de ce programme. 3) Investir davantage dans des programmes de stages et dans l’implication citoyenne pour augmenter l’attachement à l’école et la motivation à apprendre.

5) Comment développer les ressources naturelles au Québec pour que ce soit durable économiquement et socialement? – Cynthia Lee

Nationaliser nos ressources naturelles, c’est-à-dire créer une société d’État comme Hydro-Québec (Ressources-Québec?) qui gérera l’exploitation des entreprises privés avec des taux plus avantageux que ceux en vigueur actuellement, et avec des normes écologiques plus respectueuse de notre environnement. Pas d’inquiétude, les entreprises ne quitteraient pas : aucune entreprise ne refuse une occasion de faire de l’argent. Ils sont juste déçus d’en faire un peu moins.

6) Que pensez-vous de la décision du PQ relativement au pipeline portland? -Sophie Cloutier

Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Les risques sont trop élevés, ou plutôt les conséquences d’un accident seraient désastreuses. Selon Option nationale, l’avenir énergétique du Québec doit être lié aux énergies vertes, ce qui explique d’ailleurs pourquoi nous nous opposons aussi à l’exploitation de l’île d’Anticosti, malgré l’appât compréhensible du gain. Le problème du Québec, c’est que même si notre Assemblée nationale était composée de 125 membres de Greenpeace, nous n’aurions pas pu bloquer cette décision fédérale. Le développement durable du Québec doit passer par sa souveraineté. Autrement, nous devrons éternellement combattre les décisions du fédéral, car l’enjeu environnemental ne compte pas parmi les priorités du reste du Canada. Bien au contraire.

7) Quelles sont les façons qui seront mises en place pour réduire le nettoyage des sites après l’exploitation minière? Émile Carrier

Voir la réponse à la question 5! :) Les modalités restent déterminer lors de la création de Ressources-Québec, mais l’objectif et les intentions sont là.

8) Comment votre parti fera-t-il pour rendre les entreprises québécoises plus responsables à l’international? – Cédrik Chouinard

Promouvoir l’indépendance du Québec pour que nous soyons enfin en mesure de décider nous-mêmes du cadre législatif des entreprises plutôt que d’en confier la gestion au Canada. Ensuite, pour une réponse plus précise, il faudrait une question plus précise, car le concept de responsabilité est plutôt large! :)

9) Quelle serait la valeur ajoutée de la fusion de l’ACDI avec le ministère des affaires étrangères? Catherine Cyr Wright

Les personnes qui ont pris cette décision seraient plus en mesure de répondre que moi! 😉

10) Est-ce que le Québec va réagir différemment suite à l’utilisation que fait le Canada des fonds réservés à l’aide international pour le développement des entreprises privées?

Si nous étions indépendants, nous n’aurions pas à réagir à des décisions qui ne sont pas prises pour servir nos intérêts et nos valeurs. Réponse facile, je sais! :) Mais vraie malgré tout.

11) Quels sont vos engagements clairs afin de maintenir un système de santé accessible et efficace?

Grosse question. Nous voulons d’abord donner plus d’autonomie aux professionnels de la santé non médecins, par exemple les super-infirmières et les pharmaciens. Les Québécois n’ont pas besoin d’un médecin par famille : ils ont besoin de soins. Et d’autres professionnels de la santé que les médecins peuvent leur en donner. Il faut repenser le problème.

Nous souhaitons aussi revoir le mode de rémunération des médecins, pour passer d’un système à l’acte (peu compatible avec les besoins de la clientèle âgée et ayant plusieurs problèmes de santé chroniques) à un système mixte ou à salaire. Cela avantagerait certains médecins, nuiraient à d’autres, mais servirait surtout les Québécois. Sans compter les économies que nous ferions en allégeant le système administratif qui doit en permanence mesurer la performance des médecins et des institutions de santé.

Nous souhaitons d’ailleurs donner plus de liberté à ces institutions. Les CLSC en région, par exemple, sont les mieux placer pour comprendre les besoins locaux. Appliquer des règlements de manière unilatérale cause souvent plusieurs absurdités.

Finalement, nous voulons aussi mettre de l’avant une initiative de gestion publique des médicaments : Pharma-Québec, puisque les médicaments représentent le quart du budget en santé, qui représente lui-même 40% du budget québécois. En produisant nous-mêmes nos médicaments, nous aurions sauverions une quantité astronomique d’argent tout en servant les Québécois(es) avant tout (et non des objectifs financiers).

12) Quel est votre projet d’action pour avoir plus de financement pour les PME dans le prochain mandat? Charlotte Lafleur

En ce moment, sur les 45 G$ que nous envoyons en impôts, 8,5 G$ nous reviennent en péréquation et environ 7 G$ en transferts fédéraux. Le reste, en grande partie, sert à financer des industries qui ne sont pas les nôtres, comme les sables bitumineux en Alberta, l’industrie automobile en Ontario et même un centrale hydroélectrique à Terre-Neuve qui va faire concurrence à Hydro-Québec (qui, soit dit en passant, n’a jamais reçu le moindre financement du fédéral).

Un Québec indépendant pourrait subventionner davantage nos industries, comme l’aéronautique, les technologies de l’information, l’agroalimentaire ou l’industrie du bois. En ce moment, comme la santé et l’éducation constituent 80% de notre budget, nous avons une très faible marge de manœuvre pour investir dans nos PME. Si nous étions indépendant, nous pourrions changer ces proportions, par exemple en achetant moins ou pas d’avions de guerre (+ de 45 G$) ou moins ou pas de navires de guerres (+ de 33 G$), par rapport auxquels nous contribuons à environ 22%.

Nous le remercions grandement d’avoir pris le temps d’y répondre et invitons les autres candidats à faire de même! Aimez notre page Facebook pour rester au courant!

C’est reparti!

Bonne rentrée 2012 à tous!

Wow, l’été déjà terminé, nous recommençons en force avec une nouvelle année qui en promet. ISF-Laval est en ce moment même en train d’accueillir plein de nouveaux membres pour se lancer, le vent dans les voiles, vers une belle aventure, vers de nouveaux horizons. On rêve en grand ici!

Petit topo sur les dernières semaines…

La rentrée s’est orchestrée autour de notre traditionnel BBQ sur le Grand Axe du campus où vous avez tous pu goûter nos savoureux hot-dogs et surtout, nos hot-dogs merguez qui ont fait fureur. Bravo aux cooks, vous étiez parfaits! Merci à tous les bénévoles qui ont mis la main à la pâte et un petit clin d’oeil à notre homme hot-dog qui est venu ajouter un peu de folie! L’activité fut très réussie, on repart l’année du bon pied!

Quelques rencontres d’information et présentations de recrutement dans les classes ont eu lieu au courant de la deuxième semaine. Nous avons eu de belles discussions avec plusieurs nouveaux/futurs membres intéressés à s’impliquer, ça fait du bien! Il nous reste encore une rencontre d’information, avis aux intéressés, ce jeudi 20 septembre au PLT-2512 à 11h30. Venez nous voir! La première réunion d’accueil est à venir très bientôt. À suivre…

Dimanche et lundi derniers, nous avons eu la chance unique de recevoir Mica McCurdy de l’Équipe des Partenariats Investis, qui a quitté le confort du Bureau National (TO) pour parcourir le Canada de section en section (la vie est dure!) dans le but de nous aider avec notre planification financière annuelle… et pour passer du bon temps avec nous aussi! Merci Mica pour cette belle visite, tu es la bienvenue n’importe quand!

ENFIN: nous prendrons possession de notre nouveau local, le VCH-00151, lundi prochain, le 24 septembre! WOUHOU! Vous viendrez nous voir, nous sommes au centre de la nouvelle cafétéria du Vachon, mais au sous-sol!

Sur ce, j’annonce officiellement le site Internet de la section RELANCÉ! Vous pouvez toujours suivre nos folies sur notre groupe Facebook!

Plein d’amour à tous!